la vision des poissons

les scientifiques n’ont pas de doute sur le fait que beaucoup de poissons voient les couleurs, et parfois mieux que nous pour certains qui distinguent même les infrarouges. Mais chaque espèce n’a pas été étudié en détail, donc on ne peut généraliser ces connaissances qu’à ses risques et périls.

Le jour et la nuit

oeil de poisson

oiel et vision du poisson

Les espèces diurnes vivant en eau peu profonde et claire semblent avoir une bonne vision des couleurs, et inversement celles aux moeurs nocturnes, crépusculaires, vivant dans des eaux troubles paraissent plus sensibles à la luminosité qu’aux teintes, c’est-à-dire qu’elles distinguent des nuances subtiles de gris et de brillance, même par faible luminosité. Parmi nos carnassiers, il y a peu de risque a affirmer que le brochet, la perche, le black-bass et la truite ont une bonne vision des couleurs, contrairement aux silures, au poisson-chat, à l’anguille. Toutefois, nous ne sommes pas certains que toutes les teintes du spectre solaire soient bien perçues, et notamment, il semble que certaines espèces soient dépourvues de récepteurs sensibles au bleu, comme la perche et le sandre.

Le sandre

Le cas du sandre est particulier il possède bien les cellules rétiniennes permettant de capter les coloris : le rouge orangé et le vert mais pas le bleu, ce qui pourrait expliquer que le vert

couleur des leurres

Influence de la couleur des leurres

chartreuse et l’orange fluo soit si régulièrement efficace sur ce poisson… Cependant, la structure de son oeil est avant tout adapté à la vision par faible luminosité, donc en gris. Comme la plupart des espèces, il est probable que son oeil bascule d’un mode à l’autre en fonction des conditions.

En effet, par forte luminosité, des bâtonnets (cellules très sensibles de la vision crépusculaire) se rétractent pour se protéger, et ce sont donc plutôt les cônes (cellules de la vision des couleurs) qui captent la lumière: le poisson voit en couleurs. Inversement, par faible luminosité, ce sont les bâtonnets qui se déploient, et la vision devient  essentiellement monochrome (de gris).

Ce phénomène est vrai pour la plupart des espèces. Toutefois le sandre possède en plus un système d’amplification lumineuse qui lui permet de mieux voir dans la pénombre, mais selon toute vraisemblance en tons de gris seulement.

Les commentaires sont fermés.