Inédit : le déroulée de la journée type d’un sanglier

Eric Lechasseur
Par LeChasseur Publié le 16/04/24 à 09:18
Inédit Le Déroulée De La Journée Type D'un Sanglier

Animal naturellement discret, le sanglier est réputé pour son mode de vie nocturne. Il choisit la nuit pour se mouvoir, se nourrir, et répondre à ses besoins essentiels, loin des yeux humains.

19 h : Rassemblement dans les fourrés

Dans les buissons, déjà enveloppés de noirceur, un remue-ménage inhabituel perturbe le calme du crépuscule. Bruits de feuilles, craquements de petites branches, et pas légers se font entendre. Soudain, sous un éclairage lunaire éphémère, se dessine une silhouette robuste, truffe au vent, oreilles dressées. C'est un sanglier en alerte, conscient de sa vulnérabilité dans cette clairière. Il effectue une exploration attentive de son environnement, s'appuyant principalement sur son odorat développé. Après s'être rassuré, il se retire lentement, la queue frémissante, signe d'un environnement sécurisé. Il est rejoint par une dizaine de congénères aux pelages roux, qui s'approchent silencieusement. Des grognements brefs mais satisfaits indiquent un sentiment de sécurité partagé. Ces moments de tranquillité sont cruciaux pour les animaux afin de satisfaire leurs besoins naturels, car ils ne se souillent jamais près de leurs gîtes. Guidés par la laie, ils s'éloignent ensuite rapidement du lieu.

19 h 30 : En quête de nourriture

Les sangliers ne se déplacent jamais sans raison. Ce soir, la troupe est guidée par la nécessité de se nourrir. Adoptant un trot soutenu, ils se dirigent vers des zones d'alimentation ciblées. Leur première halte est sous un noyer en bordure de prairie, chargé de fruits non encore cueillis.

20 h : Repas sous le noyer

La laie et ses accompagnateurs se délectent de noix, les extraient adroitement de leurs coques en émettant des sons de mastication caractéristiques.

A voir aussi  Les chasseurs corses contraints malgré eux à continuer la saison de chasse aux sangliers

21 h : Direction la prairie

Poursuivant leur parcours alimentaire, les sangliers se dirigent vers une prairie voisine. Ils y consomment des graminées et des trèfles, enrichissant leur régime principalement végétarien, tout en complétant leur alimentation avec des protéines animales trouvées dans le sol. Cependant, l'arrivée d'un renard les incite à quitter précipitamment cet espace ouvert.

1 h : À la recherche aléatoire

La troupe longe une haie, reprenant un rythme plus lent, adapté à une recherche alimentaire plus sporadique. Ils picorent au hasard des chardons, bulbes, et jeunes pousses.

2 h : Moment de fraîcheur à la souille

Ils atteignent ensuite une mare où ils se vautrent dans la boue pour se rafraîchir et se débarrasser des parasites, avant de frotter vigoureusement la boue contre les écorces rugueuses des arbres.

4 h : Retour dans la forêt

Après ce bain revigorant, ils retournent dans la forêt, fouillant le sol à la recherche de glands, principale source de nourriture à venir avec l'hiver.

6 h : Vigilance à l'aube

À l'approche de l'aube, les sangliers deviennent nerveux et se tiennent prêts à quitter rapidement les lieux.

7 : Retour aux bauges

Ils regagnent discrètement leurs gîtes, où ils passeront la journée à se reposer sur un lit de feuilles mortes, préférant les endroits secs pour dormir.

11 h : Éveil et besoins naturels

Après s'être réveillés, les sangliers quittent leurs gîtes pour un court moment afin de satisfaire leurs besoins dans une zone discrète.

14 h : Sieste dans la fraîcheur

Avec la montée des températures, ils se déplacent légèrement pour trouver un endroit plus frais pour leur repos diurne.

16 h : Contre la chaleur

Les sangliers recherchent à nouveau la fraîcheur en se souillant dans une zone humide, une stratégie pour combattre la chaleur avant de retourner à leurs remises.

A voir aussi  Chasse : L'innovation en matière de sécurité avec la chevrotine anti-ricochets « Mannarini »

Ces activités illustrent la vie nocturne intense des sangliers, durant laquelle ils parcourent entre 2 et 15 km dans leur zone d'activité, témoignant d'une adaptation méticuleuse à leur environnement.

Source RNC – Pascal  Durantel

Eric Lechasseur

Bonjour, je m'appelle Eric et je suis passionné par tout ce qui touche à la nature et à la vie sauvage. Depuis mon plus jeune âge, j'ai été élevé dans une famille où la chasse était une tradition et un mode de vie...